Talk2u

Ce que Batman Begins nous dit du Storytelling de marque

Night Guardian Yellow Batman Gotham City Darknight

Ce que Batman Begins nous dit du Storytelling de marque

Je ne sais pas combien de fois j’ai pu regarder le Batman Begins de Christopher Nolan. La trilogie du réalisateur sur l’homme chauve-souris est l’une des plus épiques (personne n’osera dire le contraire, n’est-ce pas?).

« Qui que l’on soit au fond de nous, nous ne sommes jugés que d’après nos actes. »

Toutefois, ce n’est que récemment que cette réplique culte du film m’a renvoyé à l’approche du storytelling de marque que nous développons aujourd’hui.

Je vous en parle aujourd’hui, parce que, trop souvent, nos interlocuteurs peinent à comprendre de quoi relève la pratique du storytelling.

Beaucoup pensent qu’elle consiste à recourir à des mots – idéalement bien choisis et placés dans le bon ordre, c’est mieux 😉 – pour valoriser l’histoire d’une marque. Or, écrire ou réécrire le récit du passé relève plus d’un travail d’historien que d’une pratique de marketing.

Révéler ce qu’il y derrière le masque

Dans le film, Bruce Wayne, alors qu’il joue au milliardaire frivole pour mieux masquer son identité de justicier noir, est touché droit au cœur par la réplique prononcée par Rachel, son amie d’enfance. Sans connaître son autre visage, elle fait le constat du comportement inconséquent de Wayne au cœur d’une ville en proie à l’injustice. A l’issue du film, c’est Batman qui renverra la réplique à la jeune femme, afin de lui révéler sa véritable identité.

Qu’est-ce que cela nous dit du storytelling de marque ? Justement, que cette pratique ne consiste pas à confectionner un masque de façade pour la marque. Mais que, au contraire, l’enjeu est de révéler ce qu’elle est véritablement, pour mieux la valoriser ensuite. C’est pourquoi toute démarche de storytelling débute par une nécessaire étape d’introspection permettant de découvrir ce qui fonde l’identité de la marque à raconter.

Au-delà des mots
La marque doit être l'actrice de histoire

Construire l’histoire plus que la raconter

Et là encore, il ne s’agit pas de se leurrer. Le storytelling ne consiste pas en la rédaction d’une belle histoire que l’on place dans le coin d’un site Internet ou d’une brochure. Non, l’approche réside plus en l’identification des éléments constitutifs d’une histoire qui est en train de se construire – ses différents protagonistes, la mission poursuivie – et que l’on prendra soin de rapprocher pour la faire avancer.

Autour de la mission poursuivie par la marque, en révélant sa personnalité, la volonté est d’en faire le héros auquel on va pouvoir s’identifier et accorder sa confiance. Le client sera tantôt le bénéficiaire, tantôt un soutien. Les partenaires, les méthodes, les solutions utilisées seront les adjuvants du héros durant sa quête. Évidemment, des opposants, des défis pourront jalonner le parcours du héros ou encore entraver les aspirations des bénéficiaires tout au long de la quête.

Plus que des mots, des actes

L’histoire d’une marque n’étant jamais définitivement terminée, il ne s’agit donc pas de l’écrire une fois pour toute. L’idée est d’immerger les protagonistes au cœur de la quête, de leur faire prendre part à l’aventure.

Ainsi, plus qu’à travers des mots, le storytelling se construit grâce aux actes posés par la marque à la poursuite de sa mission.

Les acteurs sont en place !
Silence, moteur et… ACTION !

Consultez nos réalisations sur le sujet